Déc
01

Le début de la fin pour les distributeurs ?

Auteur // bigbabou

amato.gifAprès Intergroove UK fin octobre External link , c'est le distributeur anglais Amato Distribution External link qui devrait fermer ses portes très prochainement d'après trash menagerie External link. C'est tout un symbole puisque de nombreux labels prestigieux passaient par cette plateforme : Border Community, Bpitch Control, Citizen, Crosstown Rebel, Kill the dj, Kompakt, Music Man, Poker Flat pour ne citer que les plus gros (liste complète External link). 

Si ces grosses écuries pourront retrouver des distributeurs assez facilement, ce n'est pas le cas des plus petites structures qui vont surement en souffrir. Il est évident qu'avec l'arrivée d'internet, le rôle des distributeurs est de plus en plus restreint.

L'explosion des sites de vente de vinyles en ligne comme nuloop External link ou decks External link est un bon exemple. Aujourd'hui l'utilité d'être présent localement n'est plus aussi évidente. C'est regrettable mais les shops du coin de la rue ferment un à un, Katapult à Paris (pourtant la référence dans son domaine) en est le meilleur exemple.

La dématérialisation, parfaitement illustré par le dernier album de Radiohead , est aussi un signe de la restructuration inévitable du marché. Eux l'ont fait tout seul, mais avec les plateformes de téléchargement comme beatport External link et autre, même le bidouilleur de son le moins connu peut mettre sa musique en vente sur ces plateformes. Ces plateformes ont d'autant plus d'importance aujourd'hui que les nouveaux produits permettant de mixer des CD ou de simple MP3 qui ne rendent plus l'utilisation des antiques mkII et des vinyles obligatoires. A l'heure ou sortent des tables de mixage pour Ipod, on arrive certainement à la fin d'un cycle.

Le vinyle n'est pas encore mort, même qu'il ne se porterait pas trop mal, mais certains chaînons vont plus souffrir que d'autres dans la restructuration de l'industrie du disque.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir