Auo
15

[Review] 24ème festival Jazz à Luz

Auteur // lëkima

jazz a luz 2014

Le festival avait lieu cette année du 11 au 14 juillet. Comme toujours la programmation était émaillée d’artistes aux noms obscurs . A vrai dire seuls les membres du trio Anne-James Chaton, Andy Moor & Thurston Moore nous étaient familiers, et on attendait leur performance avec une certaine impatience.

The Taikonauts The Taikonauts

Nate Wooley Nate Wooley (photo: Peter Gannushkin)

Que retiendrons-nous donc de cette édition ? Quelques envolées lumineuses du duo formé par le pianiste Agusti fernandez et le trompettiste Nate Wooley, le très délicat et intense solo de Didier Lasserre sur « batterie ancienne », le plaisir communicatif des surf-rockers de The Taikonauts. Mais les surprises les plus marquantes seront venues de ceux dont les noms avaient à peine retenu notre attention lors de l’épluchage du programme…

Antoine Mermet Antoine Mermet (photo: Hazam Modoff)

Le premier d’entre eux est Antoine Mermet. On avait apprécié la veille le concert donné par Chromb!, formation dans laquelle il joue du saxophone, mais ce soir-là c’est un projet beaucoup plus personnel qu’il vient proposer à l’intérieur de la solennelle salle du conseil municipal. Les spectateurs sont assis au sol lorsqu’il se présente presque gêné, au milieu du brouhaha, et lâche un cri strident autant que féminin. Le silence installé il commence à entonner un chant en souvenir de sa vieille tante : cela chante à moitié juste, comme une ritournelle qui serait toujours en train de glisser. La suite se passe derrière le micro, c’est une succession de sons secs, aquatiques, avalés, recrachés, entrecoupés de calmes. Il y à de la violence et de la générosité. Il s’arrête après une bonne demi-heure qui aura mis les oreilles de certains à l’épreuve, terminant sur un nouvel air, laissant à nouveau sa voix déraper. Ce chant dont la mélodie est pourtant toujours la même prend tour à tour un ton apaisant, inquiétant, rassurant.

L’autre révélation du festival se nomme Piak. Les 3 musiciens (Bertand Faysse à la batterie, Julien Gineste et Florian Nastorg au saxophone) sont habitués aux salles underground toulousaines, il est 11h du matin lorsqu’ils se présentent face au parterre d’auditeurs. L’entrée en matière se fait en une fraction de seconde. Les deux saxophonistes soufflent comme s’il s’agissait d’aller à l’épuisement et la batterie soutient et relance en permanence la transe. Quelque chose de chamanique se dégage du spectacle. Il suffit d’observer le batteur, un collier de bois rebondissant sur la jambe, langue tendue et le visage suintant de transpiration.

PiakPiak (photo: Alban Jacques)

Alors quid du trio Anne-James Chaton/Andy Moor/Thurston Moore ? Eh bien avouons qu’en plus d’un côté arty un peu pénible (deux morceaux durant, Thurston Moore déclamera des séries de noms d’artistes, écrivains, penseurs) on n’y a pas trouvé beaucoup de surprises. Un peu comme dans la prestation de l’Orchestre National de Jazz la veille on a l’impression d’être face à un supergroupe, réunion de stars jouant chacune sa partition. Tout est très bien fait mais rien ne détone vraiment. On retiendra tout de même un moment inattendu : pendant que le leader de Sonic Youth change une corde le guitariste de The Ex se lance dans une improvisation, utilisant sa guitare comme un clavier il compose une petite mélodie hachée, le sourire aux lèvres. Andy Moor lui est visiblement là pour s’amuser.

Une dernière image restera de cette 24ème édition, celle du Selector andaluz, dj dont la discothèque est truffée de raretés, et dont la réputation est d’être autant capable de faire danser que de vider un dancefloor (selon l’humeur). Ce soir-là c’est les mains derrière le dos qu’il regardait de façon presque autoritaire les danseurs piétiner la pelouse du verger sur ses rythmes jazz endiablés.

Atypique, telle est la marque de fabrique de Jazz à Luz.

la ruche a son Performance La Ruche à sons sur la colline Solférino (photo: Gwen Leven)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir