Juil
08

[review] festival le murmure du son #1

Auteur // beegeesman

milf island

Une fois n'est pas coutume, un festival bien de chez nous (ré)ouvrait ses portes ce week-end. En effet le festival Le Murmure du son avait décidé d'animer ce week-end ensoleillé dans notre belle Normandie chatoyante. Se déroulant sur 2 jours (bien que concentré sur la journée de Samedi), ce festival éclectico-régionalo-eudois fut une belle réussite. Sous des airs familiaux et dans un contexte rustique se cachait une programmation, bien que régionale, du feu de dieu (oui oui), normal me direz-vous quand on sait que le Sous-marin avait été invité à y mêler son petit grain de folie. C'est parti pour une petite review maison, de l'événement.


Après une soirée de Vendredi placé sous le signe de la « poésie chantée » que nous passerons sous silence (ouai... on n'y était pas), le festival ouvrait les portes du complexe culturel articulé autour du Théâtre des Charmes et de la salle Audiard à Eu; Ambiance folklorique et champêtre, où les artistes se fondent dans des décors atypiques, genre marchés de noël (les petites cabanes en bois) et grange désaffectées. Un trip back to basic, extas et fumette dans le Larzac avec José et ses amis, je vais surement un peu loin, mais champêtre je vous dis ;)

Le Sous-marin était donc en charge d'une scène se voulant résolument régionale et électro, bien évidemment. C'est dès 17h que les 2 barjots de Milf Island commençaient à sonoriser les premiers arrivants. Comme à leur habitude leur mix bien monté, n'a pas mis longtemps à démonter tout le monde ; après 2 ou 3 morceaux que, pour eux, nous qualifierons de « calme », la sauce avait prise et les poutres de la « party grange » qui les abritaient, pouvaient alors commencer à trembler.

Après cette entrée en matière énergique, il était donné l'occasion à Ohre one de nous faire découvrir son univers expérimental et forcément surprenant. L'étiquette « expérimentale » n'est souvent pas facile à assumer, et tomber dans l'excès est monnaie courante, mais Ohre One se démarque de tout cela en faisant progressivement évoluer son live vers des sonorités rythmées et ludiques.

Venait ensuite Dj Grub (Cercle Sonore) qui nous promettait un mix dubstep des plus « couillus ». Pour mon cas personnel la dubstep se résumait plus ou moins à Burial, et des melodi(nettes) syncopées bien agréable, et bien avec Grub force est de constater que le « panel dubstep » est bien plus large. Energique et puissant Grub nous a offert une initiation au dubstep des plus plaisantes.

Se présentait ensuite la valeur montante de l'écurie Sous-marin, j'ai bien sûr nommé Gordon Shumway (juste pour le faire mousser un peu). Ayant délaissé pour l'occasion son acolyte Kramer McBarret pour un « duo live » atypique avec Gluk Supermarket, le sémillant (j'en rajoute une couche) Gordon nous gratifia d'un live tout en montées descendantes aux allures « modeselektoriennes ». A noter, la combinaison Scratch/Live plutôt original et bien pensée par ce duo plein d'avenir.

A peine le temps de se reposer et Bertrand enchainait déjà les vyniles comme un fou. Une prestation propre et happy que nous pourrons bien qualifier de « clou de la soirée » tant l'ambiance monta d'un cran. On pardonnera le manque d'imagination de Bertrand dans l'élaboration de son nom d'artiste (Bertrand ?) tant la qualité du mix et de la sélection (retro-old-school-groovy) était au rendez-vous. Assurément à suivre !

La nuit est lancée, et se terminera sous le signe du live avec tout d'abord Signal électrique. Ce duo rouennais atypique (oui, parce que dépecer un zèbre pour s'en faire des fringues, c'est atypique !) qui roulent leur bosse depuis plus de dix ans à fait plus que de prolonger l'ambiance débridée régnant dans la grange. Un live impressionnant (vu le nombre de machines) et dynamico-groovy, en gros, ça envoi.

L'honneur de clôturer la soirée revenait à Electro Men Age. Un live aux allures beaucoup plus épurées (moins de machines, logique) mais tout aussi dansant. Des tracks bien funky qui font penser à la wave french touch (RIP) tout en apportant un élan supplémentaire très novateur. Electro Men Age a aussi eu le mérite de tenir la comparaison avec Dick Voodoo qui jouait sur une autre scène.

Ce sera tout pour cette soirée, le festival fermait ses portes en même temps que la pluie s'annonçait, « mais quel timing » ! C'était à voir, et tant pis pour ceux qui n'ont rien vu. La Murmure est en (re)devenir, bien portée par une équipe de bénévoles dynamique et très disponible, on ne peut qu'imaginer le meilleur pour ce festival. Le Sous-marin had fun, et espère vous retrouver très bientôt, et pourquoi pas l'année prochaine dans les entrailles de la Murmuuuuuuree...

Comments  

 
#1 Tomnroll 11-07-2009 15:25
COol la review. :oops:

Il est important de noter que Bertrand à quand même rempli la salle et mis le feu sur The Sound Of Big Babou. Un signe? En tout cas à mon avis c'était vraiment le point fort de la journée ce djset!
Quote
 
 
#2 bigbabou 11-07-2009 21:26
C'est un bon morceau mais qui s'est complètement fait éclipser par The Man with Red Face qui était aussi sur Unreasonable Behaviour. Mais c'était bon !!
Quote
 
 
#3 beegeesman 13-07-2009 12:58
J'ai quand meme dit que c'était le clou de la soiré quand même :-)
Quote
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir