Sep
29

Review - NAME Festival 2007 @ Roubaix - 21/09

Auteur // beegeesman

name2007.jpgLe Name version 2007 s’annonçait bigger que les 2 précédentes, évolution oblige. Une programmation de poids dans un lieu magnifique. L’équipe du sous-marin presque au complet (hein les 2 cinéastes en herbe ?) se devait d’être présent pour vous relater l’événement nordique de cette rentrée. Comme si la programmation bien fournie ne suffisait pas à nous trainer là-bas, la présence (en tant que vainqueur du Name Dj contest 2006) d’un individu bien connu de nos services ne fit que renforcer la cohérence de ce déplacement, j’ai bien sûr nommé: Benales . Direction donc Roubaix et la Condition Publique en compagnie de  et votre serviteur.

 

22h, arrivée à Roubaix. Après un bon Kebab et une belle victoire rugbistique, c’est lancé tel un Chabal vers la ligne d’en-but que nous nous dirigeons vers la Condition Publique. Comme tout bon festival qui se respecte, un bonne demi-heure de retard fut prise dès le début, ce qui nous permit de pouvoir voir un peu plus longtemps notre Benales External link régional. Devant un public parsemé mais passionné,  Benales External link avait la dure tâche de lancer les hostilités dans la salle Lucette. Vers les coups de 23h30, Alex Smoke prit le relais pour un live entrainant, et bien foutu, comme d’hab quoi, la valeur sûre du festival. Le magnifique lieu culturel de la Condition Publique contenant 3 salles, il fallait donc bouger pas mal pour pouvoir apprécier la totalité de la programmation.

Benales en DJ set

Après un petit passage par Fuckpony puis « l’espace multimédia », où l’on pouvait apprécier un florilège des nouveaux moyens de faire de la musique électronique avec Reactable External link par exemple, et également apprécier la « folie » des motard en colère, la fine équipe s’installait dans la Odette. Après avoir vu la fin d’un set complètement déjanté de sCrAmBlEd?HaCkZ!, le clou d’une soirée bien terne dans son ensemble se présentait devant les Pcs. En effet, bien que disposant de trois salles (parfaitement isolées hein ?), la programmation ne sortait pas vraiment d’un style minimal à outrance, à part quelques Ovni musicaux, rien de bien surprenant à se mettre sous la dent. Revenons à nos moutons, et à Modeselektor donc. Le duo était attendu sur son deuxième album, et tout le monde se questionnait sur la possibilité d’en faire un live, et bien… réponse donnée avec maestria, puisque ce live fut ahurissant. Un feu d’artifice de basses enrobé de mélodies entrainantes à souhait, le public ne s’y est pas trompé, ce fut l’orgie sur le dancefloor !! Dans un mélange subtil de leurs collaborations avec TTC External link (Festoche français oblige…), de leur période dub-électro et de leur dernier album, ce live superbement illustré par Pfadfinderei a conquis les derniers ignares qui ne connaissaient pas Modeselektor. 

Modeselektor en live

Nous passerons rapidement sur les performances sans grand relief de Damian Lazarus, Ellen Allien, Alter Ego et autres pour distribuer quelques bons points. On notera quand même un mix beaucoup plus sympa que le reste de la nouvelle perle de chez get physical : Heidi. On notera aussi une belle sélection musicale de Gildas et Masaya, même si les enchainements et techniques de mix n’étaient pas au rendez-vous.  5h, temps de rentrer (tant bien que mal, hein Flo ?) sur Lille, et de délaisser la Condition Publique et ses survivants pour un repos bien mérité.

On retiendra donc de cette soirée : le passage de  Benales External link , le phénomène Modeselektor, le lieu superbement décoré et des visuels de grande qualité. La déception est donc venue du manque d’audace au niveau de la programmation, tout en sachant également que le lendemain devait être aussi dédié à la minimale. A l’heure où les Festivals se font tirer dessus pour leur manque d’originalité et d’ouverture au niveau musical, le Name n’a pas su déroger à la règle, à croire que c’est l’apanage de la réussite. Heureusement, on a pu éviter Justice ou autre méta-star montante actuelle. Ce festival a quand même le mérite de proposer une alternative, certes trop stéréotypée, à cette vague montante, le tout dans un lieu magnifique, avec des moyens phénoménaux. Ce festival itinérant n’est d’ailleurs pas terminé puisqu’il reste encore à la caravane Name, un passage par Maubeuge External link et un par Dunkerque External link .

 

Alex Smoke en DJ set

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir