Auo
04

SOMA Festival 2005 - Cologne (All)

Auteur // beegeesman

Nous retrouvons notre fidèle équipe du Sous-marin dans une nouvelle aventure, nos joyeux gaillards ont décidés de nous emmener cette fois dans le pays teuton non loin de la frontière pour un événement musical pas encore de renom mais qui ne demande qu’a être reconnu. Un menu complet: entrée, repas principal, dessert et pour accompagner le tout un cocktail d’amuse bouche à en faire pâlir le moindre anorexique. Nous voici donc en Allemagne, le fameux pays de la bière et de la saucisse, plus précisément à Cologne plus connu pour son Rhin, sa Cathédral, mais aussi pour être le temple de la minimale… entrons donc dans son monde brut et acide, mais pas tant que ca…

Voila sur une idée original de Beegeesman (ouai j’adore m’envoyer des fleurs…) les 3 compères se retrouvent non loin de Cologne pour assister à cet événement jusqu’à alors à nos oreilles in entendu. Au programme : 2Many Dj’s, Ellen Alien, Michael Mayer et LCD Soundsystem pour les tètes d’affiches. ||Interlude PUB …. Situé non loin du centre ville, facile d’accès, disposant de la gare à 200mètre à pied, le SOMA festival vous accueillera, vous et vos amis pour festoyer, vous amusez et le tout pour la modique somme de 35euros les 3jours. Un prix tout à fait abordable qui nous permet également de découvrir un cadre joyeux et enjoué sur les rives du Rhin || STOP A L’INVASION DE LA PUB. Bon c’est bon j’ai touché mon chèque. Arrivée donc vers 18h à Cologne (Galère à trouver en voiture mais simplissime en train cf. la pub), nous avons d’abord décidé de faire nos emplettes pour la soirée… Mais Stop tout le monde s’en fout…Après avoir payé la traditionnelle taxe d’entrée stupeur...(!!!) un endroit géant des stands partout et le son commençant à résonner dans nos oreilles, une première Vodka Redbull et c’est parti mon kiki, première étape : Exploration. Nous passons devant le spot MTV où Roots Manuva commence à chauffer tout le monde, un stand Lucky Strike (je vais toucher beaucoup de chèques !!!) une dégustation d’absinthe artisanale et un chapiteau où Jamie Lidell nous fais déguster sa voix, plus loin le chill out du reggae, de la boisson, des… Nous, calés dans des hamacs de dégustation aussi, attendions impatiemment l’arrivé de LCD, un tourment de sons, une avalanche d’électricité, 300 personnes en ébullition progressive. Une prestation live digne d’un des groupes electro-rock les plus en vogue, dans la lignée de The Rapture, ce son trépignant, énervant dans le bon sens du terme à chauffer tout le monde pour la suite du repas.


22h sonne, l’heure du dessert approche, tout le monde en direction de la « boite de nuit » aménagée pour l’occasion, 2 pistes, 2 salles géantes, dans l’une nous attend un dj local et l’autre un autre dj de Cologne. Mais ne tarde pas à se lancer les 2 «stars » de la soirée (avis personnel et vérifié par l’affluence) 2 Many Dj’s, une avalanche de remix live, mix à 4 platines, une infinité de solutions, en gros un bonheur indescriptible. Voila le mot : du bonheur, du plaisir, une bonne heure et demie de danse, « d’arrachage de tête », je vous passe la performance technique, d’une j’y connais rien et de deux c’était parfait donc… Ensuite la sublissime et envoûtante Ellen Alien (et cela rien que par sa personne) est arrivée. Une aura de persuasion sonore de charme et de volupté, toujours pas de jugement technique mais plutôt artistique et ambiencistique(??) : encore une fois le public lancé par les 2 compères ne se fait pas prier pour suivre les sons darks et mystiques de l’alien. Entre temps Optimo External link, mis un peu à l’écart par la configuration de la salle, s’énervait sur ses platines et ce pendant 4 heures, un mix fruité et diversifié comme lors de son passage à Dieppe. Entre temps sur l’autre « Dancefloor » s’est enchainé par Michael Mayer, roi de sa ville roi de son dancefloor et de ses fans. Sur de lui, de son sujet il n’a pas tardé à faire rentrer tout le monde dans son monde, pour s’approprier les âmes de chacun. Bien rassasié par ces esprits avalés, il s’en alla dans son studio non loin de là pour dévorer tranquillement les émotions de chacun piochées, au cours de la soirée.


Nous, aspirés, vidés d’émotion, mais rempli de souvenirs, s’en allâmes après ce festin musicale partagé avec toutes les cultures présentes (bobo, clubbers, teuffeurs, baba…) vers notre lit, non sans l’excitation encore présente. Un bilan? Est-ce-possible, est-ce la peine, cette review pleine d’enthousiasme ne vous suffit pas ? Alors ok le bilan… « Ich Liebe es !!! » und « es lebe die Bradwurste !!!»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir